Exercice phare du master, la simulation de fin d’année vise à fournir aux élèves un aperçu des méthodes de travail mises en œuvre lors de négociations internationales et de la réalité de ces pratiques.

Dans un premier temps, un sujet est fixé par les professionnels qui encadrent l’exercice. Il porte sur un sujet d’actualité (l’immigration, la prévention de l’extrêmisme violent, les crises environnementales …). Un cadre sera également fixé : Union Européen, pays membres de l’ONU … Et les étudiants pourront choisir l’acteur qu’ils désirent représenter (État, groupe privé, société civile, secrétariat général).

Les représentants rédigent ensuite un dossier public, accessible à tous les participants à tout moment de la simulation. Ce travail leur permet de se familiariser avec leur rôle et positions vis à vis du thème de l’exercice. En parallèle, les représentants rédigent un dossier confidentiel, détaillant leurs intérêts, objectifs, positions, coalitions, et leur stratégie de négociation.

Les représentants se répartissent alors en groupe de travail thématiques, présidés par l’un d’entre eux. Le président est épaulé par deux rapporteurs, et bénéficie du soutien du secrétariat général dans une fonction de médiation et d’expertise.
Lors de ces séances, les représentants proposent, discutent et adoptent des articles relatifs au thème abordé par le groupe de travail, tout comme lors d’une négociation réelle.

Le produit du travail de ces groupes est ensuite consolidé par le secrétariat général, qui produit alors la base de travail des assemblées plénières.

Lors de ces séances plénières, les représentants rediscutent et valident l’ensemble du travail effectué, article par article, sous la présidence du secrétariat général. S’en suivent des séances d’amendements des articles polémiques, et la sélection des articles à discuter lors de la négociation finale.

Cette simulation finale se déroule généralement à l’étranger, selon le thème de la négociation ou les partenariats du master. A cet égard, des étudiants de masters étrangers partenaires peuvent se joindre à la simulation dans toutes ses dimensions. Cette ultime négociation, publique, se déroule dans des conditions les plus réalistes possible. La logistique et la promotion de l’évènement sont assurés par les élèves tout au long de l’année au sein des projets professionnel menés par l’association du master.

Le fruit de la simulation de négociation est par la suite soumis à des organisations internationales (Conseil de l’Europe, UE, UNESCO, etc.), qui l’utilisent comme base de travail. La promotion du texte est généralement assurée par la promotion suivante.

Ce projet de simulation grandeur nature est réalisé sous la direction du CADMOS, de l’Université Paris-Saclay et du Centre d’Etudes Internationales (CEI), organes actifs et reconnus du milieu universitaire français et international.

Le Centre d’Analyse sur les Différends et leurs Mode de Solution (CADMOS) organise depuis 1994 les simulations de négociations dans différents pays méditerranéens, dans le but de former une nouvelle génération de négociateurs. Ces négociations placent les participants face aux enjeux actuels, leurs permettant de développer des compétences professionnelles. Son envergure et sa reconnaissance sur la scène internationale en fait un des moteurs du Master.

L’Université Paris-Saclay est le plus grand campus de France. Pôle d’excellence pionnier dans de nombreux domaines, elle est régulièrement primée au niveau mondial. L’élaboration du Master 2 « Diplomatie et Négociations Stratégiques », unique dans sa démarche pédagogique, en est une illustration parfaite.

Le Centre d’Études Internationales devenu Collège d’Études Interdisciplinaires (CEI) est une unité de recherche qui se compose en 7 équipes orientés sur la transformation des conflits et la négociation, les évolutions de la pensée économique en matière de développement ou encore l’impact des NTIC :
– Le CADMOS, Centre d’Analyse sur les Différends et leurs Mode de Solution
– Le CECA 92, Centre pluridisciplinaire d’Etudes Internationales et Européennes.
– Le COBEA, Centre d’Observation des Economies Africaines.
– Le CREMOC, Centre de Recherche sur l’Europe et le Monde Contemporain.
– Le GEKEM, Groupe d’Etudes des Economies Keynésiennes.
– Le GRAEEP, Groupe de Recherche en Anthropologie, Epistémologie et Economie de la Pauvreté.
– L’IDEST, Institut du Droit de l’Espace et des Télécommunications.

h2qsnq9d1e1l6fggvb3c

Le thème de la simulation de négociation porte, pour cette 39ème promotion (2018/2019), sur

« La Prévention de l’extrémisme violent »

Le lieu de la négociation finale est toujours en examen. 

Exemples de simulations effectuées les années précédentes:

  • 2017/2018 La crise migratoire dans l’Union Européenne à Beyrouth (Liban)
  • 2016/2017 La crise migratoire et l’Union Européenne à Beyrouth (Liban)
  • 2015/2016 L’éducation en situation d’urgence à Téhéran (Iran)
  • 2014/2015 Pour une charte de responsabilité sociale et interculturelle des médias à l’Unesco (Paris)
  • 2013/2014 La francophonie économique à Rabat (Marco)
  • 2012/2013 La création d’une charte établissant un espace économique francophone à Tunis (Tunisie)
  • 2011/2012 L’éthique des médias à Tanger (Maroc)
  • 2010/2011 Pour une définition européenne de la médiation au Conseil de l’Europe (Strasbourg, France)
  • 2009/2010 La géopolitique de l’eau dans l’espace Euromed à Beyrouth (Liban)
  • 2008/2009 Les crises liées aux risques environnementaux à Beyrouth (Liban)
  • 2007/2008 Environnement et développement durable à Athènes (Grèce)
  • 2006/2007 Le dialogue interculturel dans l’espace Euromed à Alexandrie (Egypte)
  • 2005/2006 La gestion des crises dans l’espace Euromed à Tanger (Maroc)
  • 2004/2005 La révision du partenariat euro-méditerranéen au MAE de Paris (France)
  • 2003/2004 La convention internationale de l’ONU sur la lutte contre le terrorisme à Beyrouth (Liban)
  • 2002/2003 La convention sur l’Avenir de l’Europe à l’ENA (Strasbourg, France)
  • 2001/2002 La gestion de crises par l’Union Européenne à Bruxelles (Belgique)
  • 2000/2001 La construction d’une identité européenne de défense à Paris (France)